Comment comprendre et résoudre le suicide en islam ?

Publié le par Marie (NoURa)


tendance-suicidaire.jpg

Le suicide (du latin sui caedere, se tuer soi-même) est l'acte délibéré de mettre fin à sa propre vie. Dans le domaine médical, on parle aussi d’autolyse (du grec auto-, soi même, et -lyse destruction).

Pour considérer qu'on est en présence d’un suicide, la mort doit être l’intention de l’acte et non simplement une de ses conséquences.
_Un attentat-suicide, par exemple, sera considéré comme relevant plus d’une action terroriste ou d'un acte de martyrologie, selon la personne qui parle, que du suicide.

Si le suicide a des conséquences légales, il doit être généralement prouvé qu’il y a eu intention et mort pour que l’acte soit qualifié de suicide selon la loi.

_L'islam interdit le suicide, car il n'est pas permis au croyant musulman de porter atteinte à son corps (auto-mutilation comprise ni de penser qu'il peut décider lui-même de la fin de sa vie, car la mort survient à une date prédéfinie divinement pour chacun.
en ce qui concerne les autres réligions. tel que

_Le judaïsme enseigne catégoriquement l'idée selon laquelle l’homme n’est pas habilité à porter atteinte à soi-même, par exemple en se suicidant ou en s'automutilant. En effet, l'expression "tu ne tueras point" s'applique aussi à soi-même. Néanmoins, des exemples figurent dans l'ancien testament .

Saint-Augustin.jpg
Pour le christianisme le suicide
Selon Saint Augustin, les martyrs des premiers temps de la chrétienté sont des faits historiques qui ne doivent pas être imités mais jugés. Dans La Cité de Dieu, Saint Augustin examine des cas où l'on pourrait croire que le suicide, violence faite contre soi donc contre un être humain, devrait être permis. Sa conclusion est que le suicide est formellement interdit :
La question qui se pose alors : et le Coran, comment a-t-il abordé ce phénomène ?

Saint Augustin concevait, en revanche, le suicide comme un péché par essence. Les premiers conciles chrétiens décidèrent que l'Église devait renoncer à célébrer les rites funéraires pour ceux qui avaient commis le suicide, qui fut condamné dès le Moyen Âge par l'Église catholique. Le droit médiéval prévoyait généralement la confiscation de la propriété du suicidé et décrétait l'indignité du corps.


Le suicide est encore interdit par le christianisme, le judaïsme et l'islam.
Cependant on trouve que le Saint Coran n’a pas ignoré ce phénomène ;
Au contraire, il lui a accordé une grande importance, il a même proposé des remèdes pour arriver au bout de ce fléau. Ainsi, il en a parlé avec toute simplicité et clarté ; plus encore, il nous a ordonné de protéger nos vies et de ne pas se donner la mort ; le Très Haut Dieu a dit : “Et ne vous tuez pas vous-mêmes” [An-Nisae (Les Femmes) 29]. C’est un ordre divin qu’on ne doit pas désobéir.

Mais, cet ordre est-il suffisant pour mettre fin à ce fléau ? Non, parce que les études récentes ont montré qu’il est nécessaire de redonner de l’espoir aux personnes désespérées qui pensent au suicide et de leur parler avec douceur. C’est pourquoi, on voit que des centaines de centres et de locaux spécialisés dans la guérison et le soutien de personnes qui montrent un penchant vers le suicide ou qui ont tenté de se suicider.
malade.jpg

Pour cette raison, Le Très Haut Dieu a succédé son ordre par une bonne nouvelle pour tout croyant, Le Très Haut Dieu dit : “Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous” [An-Nisae (Les Femmes) 29]. C’est un appel chargé de compassion, optimisme et espoir. Mais pourquoi cet appel ?

123suicide.jpg
Si on sait que la cause derrière la majorité des cas de suicide est la perte d’espoir de tout ce qui peut exister, alors à ce moment on saura l’importance de ce discours sur la compassion et plus particulièrement dans de telle situation.

suicide2.jpgNéanmoins, est-il suffisant de parler de la compassion et de l’espoir ? Pas du tout, parce que certaines personnes n’obéissent pas à cet appel de compassion, et ainsi il s’avère nécessaire de leur faire peur. Les savants insistent dans leurs études, visant à arrêter le suicide, qu’il est nécessaire de faire savoir aux personnes, ayant tendance à se suicider, la gravité de cet acte et les conséquences qui peuvent être engendrées ainsi que les souffrances qu’ils endurent et la fin tragique qui les attend.

Cette technique s’est avérée efficace à empêcher les gens de se suicider. Chose que le Coran a faite, Le Très Haut Dieu dit dans le verset qui suit directement : “Et quiconque commet cela, par excès et par iniquité, Nous le jetterons au Feu,



voilà qui est facile pour Allah” [An-Nisae (Les Femmes)/30]. Observons ensemble ce châtiment divin : “ Nous le jetterons au Feu”, c’est vraiment une fin effrayante pour toute personne qui tente de se donner la mort.
suicide3.jpgA partir de ceci, on s’aperçoit que le Saint Coran n’a pas ignoré ce phénomène ; au contraire il a proposé un remède efficace pour venir à bout de ce fléau. C’est pour cette raison, qu’on trouve que le taux le plus bas de suicide dans le monde est relevé dans le monde islamique !!! Et ceci grâce aux instructions du Saint Coran. Cependant, l’Occident souffre de l’absence d’instructions qui empêcheraient les gens de se livrer au suicide, ainsi le taux de suicide est élevé.

 



Des chiffres catastrophiques

Pour que certains ne croient pas qu’on exagère dans les chiffres qu’on donne, nous allons présenter une des statistiques très précises qui a été réalisée pendant l’année 2002 aux États Unis d’Amérique et dont les résultats sont comme suit :

- Le nombre de personnes suicidées a dépassé 31 mille cas : 25 milles hommes et 6 mille femmes ;

- Plus de 5000 mille personnes, entre eux, étaient âgées de plus de 65 ans ;

- Quant au nombre des jeunes (15 – 24 ans), il a atteint 4000 suicidés.

- En se basant sur ces chiffres, nous pouvons dire qu’en Amérique, une personne se donne la mort chaque quart d’heure.

- Dans cette statistique, il a été également montré que 17 mille personnes se sont données la mort par des coups de feu provenant de leurs pistolets.

- Plus de 6000 personnes ont préféré se pondre.

- Plus de 700 personnes se sont jetées des étages supérieurs.

- Plus de 300 personnes se sont suicidées en noyade.

On peut dire, qu’en moyenne, chaque année 100 mille personnes meurent suite à déférents accidents tel que les accidents de voitures, etc. En revanche, 30 mille personnes se donnent la mort. Alors soulignant tous ensembles des nombres élevés de personnes qui se livrent au suicide.

Le plus surprenant dans ce rapport est que 5 millions d’américains ont tenté de se donner la mort !!

Malgré tous les moyens développés qui ont été investis pour mettre fin à ce fléau, le nombre de suicide a augmenté de 60 % par rapport à la fin de la moitié du siècle dernier !

carte-de-france-suicide.jpg

Autrefois, on croyait que juste certaines personnes montrent une tendance au suicide ; cependant, les études ont montré que chaque personne peut tenter de se suicider si les conditions convenables se présentaient. Comme on croyait que le fait de discuter avec une personne qui pense se suicider sur les raisons de son suicide, ne fait que l’encourager plus à accomplir son geste. Cependant, les études ont montré le contraire, c’est à dire que le fait de parler des conséquences du suicide, ses graves résultats ainsi que les douleurs qu’il entraîne peut empêcher un suicide.

 



Les facteurs entraînant le suicide

la maladie grave

la perte d'emploi

le chômage

l'exclusion

la prison

le divorce

les situations d'échecs

la déception sentimentale

la mort du conjoint

la dépendance (alcoolisme, toxicomanie, les emprises)

les situations de stress : professionnel, émotionnel, affectif,

les troubles biologiques : sommeil, alimentation


- Le désespoir joue également un rôle important à inciter les gens à se suicider.


- La répétition des tentatives de suicide ou le fait d’y penser sont parmi les principales causes qui poussent ces personnes, quelque temps après, à l’exécution de ce suicide.


Un phénomène récent particulièrement violent semble prendre de l'ampleur en Angleterre. Baptisé "Happy Slapping" (traduisible en "Joyeuses baffes") il concerne des jeunes qui giflent par surprise un inconnu, en général dans un bus ou un métro, pendant que des compères filment la scène avec leurs caméraphones. Ces vidéos - supposées drôles - sont ensuite publiées en ligne. Maleuseusement ces actes animalement idiots peuvent conduire certaine personne humilier au sucide.

 

 


 

- Les croyances religieuses envers le suicide joue un rôle primordial dans le fait d’accepter ou non l’idée du suicide. Quand une personne ignore que le suicide est interdit par la religion, elle le trouve facile. Certaines personnes considèrent que le suicide est une décision noble pour défendre leurs causes ou les grosses pertes que l’esprit n’arrive pas à accepter ou à supporter.
_

- La perte d’une chose précieuse ou une grande défaite, peut entraîner une contre-réaction qui se terminerait par le suicide.

- Des facteurs psychologiques comme l’isolement ou la brutalité peuvent inciter une personne à penser à se suicider

 




Les attentats suicides ne sont pas autorisés en Islam

- Question :

Est-ce que le fait de faire des assassinats et de poser des bombes dans les établissements gouvernementaux des pays mécréants fait partie d'un acte de jihad ?
Qu'Allah vous récompense.


- Réponse :

Non ! Cela n'est pas permis. Les assassinats et les destructions sont des choses interdites car elles ont de mauvaises conséquences sur les musulmans. Et cela entraîne des morts et des persécutions sur les musulmans. Ce sont des choses interdites.
Ce qui est légiféré contre les mécréants c'est le jihad fi sabilillah et le face-à-face au combat.
Si les musulmans en ont les possibilités, ils arment leurs soldats, attaquent et combattent les mécréants comme l'a fait le prophète. Mais pour ce qui est des destructions [ à cause d'attentats ] et des assassinats cela provoque du mal sur les musulmans.
Le prophète, lorsqu'il était à Mekkah avant l'émigration, avait pour ordre de ne pas bouger [littéralement bloquer sa main, c'est-à-dire contre les associateurs de qouraych] verset du qu'ran :
" N'as-tu pas vu ceux à qui on avait dit : Abstenez-vous de combattre et faites la prière et donnez la zakat ".
(sourate 4 verset 77).
Le prophète avait pour ordre de se retenir de combattre les mécréants.
Car ils n'avaient pas de force contre les mécréants et si jamais ils les avaient combattus ils se seraient fait exterminés jusqu'au dernier car ils étaient [les mécréants] plus forts qu'eux et ils vivaient sous leur pression et leur puissance.

Donc ces assassinats entraînent le meurtre des musulmans qui vivent dans ces pays comme vous en êtes témoin et vous en entendez parler en ce moment.

Ceci ne fait pas partie de la da'wah ni du jihad fi sabilillah car cela entraîne un mal sur les musulmans.
De la même manière les attentats et les explosions, cela provoque du mal sur les musulmans comme cela se produit.

Et quand le prophète s'exila pour Al Médinah, qu'il eût des soldats et des alliés, à ce moment-là il reçut l'ordre de faire le jihad contre les mécréants.
Est-ce que le prophète et ses compagnons combattaient les mécréants quand ils étaient à Mekkah ?
Jamais !
Au contraire ils avaient interdiction de le faire.

Est-ce qu'ils détruisaient les biens des mécréants pendant qu'ils étaient à Mekkah ? Jamais !
Ils leur était interdit de le faire. Ils avaient pour ordre d'appeler à l'islam et de transmettre .
Mais les attaques et les combats se firent quand ils furent à Al Médinah, quand les musulmans eurent une nation.

( Ecouter la parole du Shaykh

 


Commenter cet article

Nowack 13/02/2011 15:54



Monsieur,


Je trouve votre article d'une violence rare à l'encontre des personnes qui se trouvent dans une situation de détresse. Visiblement votre intérêt n'est pas de leur venir en aide mais de dissimuler
leur douleur déchirante derrière le voile de la religion, bien sûr l'Islam.


Vous pensez, Monsieur, que parce que dans les pays d'Islam on se suicide moins, le problème est résolu? Non. Une personne qui en vient au suicide peut penser paradoxalement que c'est la seule
façon de ne pas être détruite dans son essence, de voir son équilibre mental imploser pour jamais, cela demande du courage. En ce sens, certaines personne que l'on "empêche" de se suicider, mais
sans vraiment trouver de vraies solutions durables à leur mal sont mortes de l'intérieur. Mais ce n'est pas grave, pas vrai? Car ça ne se voit pas, comme ça le Coran est content.


 


Par ailleurs il faut clairement distinguer les personnes qui sont vraiment résolues à en finir avec la vie de celles qui envoient un appel au secours. Les personnes qui parlent de mourir autour
d'elle ou qui font plusieurs tentatives ne sont pas déterminer à mettre fin à leur jour, même si une tentative peut mal tourner. Une personne qui n'en peut plus fera cela en silence, et beaucoup
de personnes de son entourage seront surprises, car elles n'ont pas su écouter ou voir les signes avant-coureurs.


Enfin, le Japon a une situation très particulière. Les cités japonaises sont surpeuplées et le manque d'espace et la pression urbaine et le culte du travail sont tels que l'on peut vite souffrir
de dépersonalisation, surtout quand on est jeune est que l'on a l'impression de ne pas avoir d'avenir. Il faut aussi savoir que dans la culture ancienne niponne le suicide n'est pas perçu de
façon négative. Il s'inscrit dans le code de l'honneur de la caste des guerriers samouraïs, en ce sens, il n'est pas étonnant que ce pays compte plus de suicidés, sans faire l'éloge de cet acte.
Cela perdure dans le fond culturel.


 


Ayant déjà tenté de me suicider, je ne suis pas prêt de recommencer... pour des choix personnels. Mais je trouve IMMONDE, oui je n'ai pas de terme plus fort pour désigner la technique qui
consiste à "faire peur" aux personnes qui sont dans la tourmente pour ajouter à leur douleur. Vous êtes bas, Monsieur, oui, bas. Et croyez bien qu'une personne qui serait vraiment au bout du
rouleau ne se laissera pas persuadé par une explication selon laquelle 33% des personnes qui se tirent une balle dans la tête sectionnent leur nerf optique sans parvenir à porter un coup fatal à
leur système nerveux et survivent donc, ou qu'en se défenestrant on peut finir paraplégique. Ou qu'en ingérant des somnifère on subira un traumatisant lavage d'estomac et un dantesque passage aux
urgences.


Ce n'est pas comme ça qu'on sauve quelqu'un!


Que dire alors de la frayeur religieuse. Vous irez en enfer, vous brûlerez! Je ne veux pas d'une divinité pareille qui a tous les airs les plus méprisable. Où est passé le Dieu d'amour qui guérit
et redonne foi en l'existence, en lieu et place de cette caricature maléfique qui veut démultiplier votre chagrin en vous parant de culpabilité et en vous excommuniant.


 


Eviter la mort de jeunes gens, et de moins jeunes, est une noble mission, mais le jugement que l'on porte sur ces personnes peut être plus nocif encore que leur trouble même, quelle ignorance. Je
ne lirai plus al-Hayat de la même façon.